L'innocence au travail

Publié le par Commité Npa Auxerre

Depuis quelque mois la France connaît une vague de migration, tandis que les Français s'interrogent sur leurs bien être et pensent résoudre ce "problème" en privilégiant notamment le Front National, d'autres se rendent compte que la vie de ces réfugiés de guerre n’est pas si belle que les rumeurs le font croire. Tout cela a été démenti par de nombreux articles dont L'OBS dans un article pour nom "Allocs, carte bancaire, HLM, sécu... 12 intox sur les migrants décryptées" cet article est très complet et répondra aux questions que certains se posent.

Mais je n'écris pas cet article pour défendre les migrants en général. Je voudrais plus précisément parler des enfants migrants ayant perdu leurs familles, perdu leur innocence et leur joie de vivre.

Ils suivent leurs parents pour se réfugier dans des endroits plus sûrs.

Ils voyagent dans des pays voisins tel que l'Irak, le Liban, la Turquie. Tandis qu'en France certains s'interrogent sur les conditions de vie dans la jungle de Calais (désormais démantelée), dans d'autre pays la situation est encore plus inquiétante pour ces enfants migrants.

En effet un article du BBC News (datant du 24 octobre 2016) dénonce et prouve par des vidéos ainsi que des photos que les enfants issus de l'actuelle migration, travaillent dans des usines de textiles. Ce sont ces mêmes usines qui fournissent des marques telles que Zara, Mango ou même Marks and Spencer (M&S).

 

L'innocence au travail

Dans ces usines les enfants manipulent des machines plus ou moins dangereuses, des produits de teinte toxiques étant donné que les condition de sécurité ne sont pas respectées.


 

Les clients consommateurs du monde entier achètent moins chers ces produits sans savoir que d'autre en paye le prix. Les enfants n'ont pas à subir la méchanceté humaine.

Ces enfants ont des revenus dérisoires, travaillent pour la plupart 7 jours sur 7, 12 heures par jour. Quel genre de personne pourrait supporter cela longtemps ? Personne, à part ceux à qui on ne donne pas la parole. C'est triste de se rendre compte que certains profitent encore de l'innocence et de la faiblesse de l'humain quel qu'il soit et peut importe la raison. (Mais nous connaissons la raison : le profit, l'exploitation par le travail. Les grandes marques ne veulent qu'une seule chose : gagner toujours plus d'argent sur le dos des ouvriers, y compris des enfants!)


 

Ce genre de scandale exposé au grand publique obligera t-il ces marques à prendre des mesures nécessaire afin de mieux contrôler les pratiques de leurs sous traitant ?

Selon l'article du BBC News un inspecteur de la ligne de vêtement Asos avait rapporté le fait de n'avoir vu aucun réfugié syrien dans les usines de leurs sous traitant, or, selon Darragh MacIntyre le journaliste ayant activement dénoncé les pratiques de ces marques rapporte avoir vu des réfugiés de tous âges au travail, des jeunes de moins de 16 ans pour la plupart et même âgés de 10 ans dans des entreprises à Istanbul.

L'innocence au travail

Un réfugié interviewé a d'ailleurs rapporté qu'ils étaient mal traités "Si quelque chose arrive à un Syrien, ils vont le jeter comme un morceau de tissu."

Daniel McMullan du Business & Resource Centre des Droits de l'Homme met en évidence le fait que ces marques sont les seules responsables, après qu'un porte-parole de M&S ai pris la parole pour se défendre de ces accusations il dit: "Le commerce éthique est fondamentale pour M & S. Tous nos fournisseurs sont contractuellement tenus de se conformer à nos principes, qui couvrent ce que nous attendons et exigeons d'eux et de leur traitement des travailleurs."

La société mère de Zara, Inditex, a alors rapporté que les inspections d'usine était une bonne manière de contrôler les bonnes conditions de travail, cependant Darragh MacIntyre expose le fait que l'une de ces inspections au mois de juin avait révélé d'importants problèmes de non-conformité dans ces usines. Alors le fait que ce genre d’affaires soient révélées devrait nous pousser à nous battre pour interdire ces pratiques, il faut se dresser contre ces multinationales qui profitent de l’enfance innocente que l’on connaît si bien et que tout le monde devrait connaître, faire en sorte que ces usines paie le prix de leurs forfaits. Que ce soit dans les usines de textile comme dans les usines de gadgets, tel que mobile, ordinateurs et autres, le combat continue. 

MikaC. (Apprentis - 18 ans)

(Source : BBC News, Mr Mondialisation, Idée pour le développement.)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article